• Les Contemplations

    Les Contemplations

     Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?

     

    Ces doux êtres pensifs, que la fièvre maigrit ?

     

    Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?

     

    Ils s’en vont travailler quinze heures sous les meules ;

     

    Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement

     

    Dans la même prison le même mouvement.

     

    Accroupis sous les dents d’une machine sombre,

     

    (…) Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue.

     

    (…)Ô servitude infâme imposée à l’enfant !

     

    (…)Travail mauvais qui prend l’âge tendre en sa serre,

     

    Qui produit la richesse en créant la misère,

     

    Qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil !

     

    Progrès dont on se demande «Où va-t-il? que veut-il?»

     

    Qui brise la jeunesse en fleur ! Qui donne, en somme,

     

    Une âme à la machine et la retire à l’homme !

     

    Victor Hugo, Les Contemplations, 1856

     

      

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    konghak Profil de konghak
    Vendredi 18 Novembre 2011 à 10:47
    Je trouve que c`est bien comme poesie
    1
    lili.D
    Mercredi 16 Novembre 2011 à 10:50

     c'est la poésie qu'on a écrite aujourd'hui!!!!!!!!!

    Vous devez être connecté pour commenter